Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les crabes dansent au Croisic

Les crabes dansent au Croisic

Je ne guérirai pas, mais je vis gaillardement (la plupart du temps) : FAUT PAS GÂCHER !

Mon homme-aimé à la télé.

Je te regarde, mon homme aimé.


Scruter, c'est le terme juste.

Ton entrée sur le plateau, en jean sombre, chemise ceintrée, bleu-ciel (tu la portes très bien tu sais ?), barbe de 3 jours soignée, le teint hâlé du marin que tu es devenu ici, oh ce magnifique visage concentré ! Mon coeur bat plus vite, plus fort. J'oublie de respirer. J'observe ta poitrine se soulever et s'abaisser. Plus vite qu'à l'accoutumé. Tu as sans doute les chocottes, un peu, toi aussi. L'animatrice s'adresse à toi. Premiers mots... Tu es réfléchi, précis, solide... émouvant : tu m'apparais tel que je te connais et t'aime. Je pleure. Cela n'arrange pas mes affaires : je traine un mauvais rhume depuis 3 jours. Maintenant, mon nez est absolument obstrué. Je t'écoute résumer notre histoire.

 

Avant. L'amour infini secoué par de sales histoires en périphérie de nous. 

 

Pendant. Ton passé, cette enfance moins heureuse que la mienne, qui t'a préparé au pire, mieux que moi. Le soutien instantané, sans faille, qui n'a pas à s'expliquer puisque tu m'aimes. L'amour que tu continues de me porter malgré la dégradation. Les difficultés évoquées avec la retenue qui te ressemble, lorsque l'on se tourne vers toi pour parler de sexualité.

 

Aujourd'hui. La récidive, alors que nous sommes dans les cartons du déménagement pour la nouvelle vie, avec l'océan. Les métastases. La maladie qui ne se conjuguera jamais plus au passé. Je te reconnais bien encore dans la prudence de ta réponse à "comment va t-elle aujourd'hui ?". Je souris franchement maintenant. Tu feins de craindre des représailles si tu réponds mal, parce que je "ne manque pas d'énergie" dis tu. Je suis "forte"

 

C'est vrai, je suis forte mon homme-aimé. C'est ainsi que j'ai été fabriquée ; façonnée ensuite par la vie, les efforts, les réussites et quelques horreurs vécues avant, puis avec toi. Je suis forte aussi de t'avoir à mes côtés depuis 10 ans. Malgré toutes ces... saletés. Tu sais combien je t'aime. Sais tu aussi combien je me sens chanceuse, combien je te suis reconnaissante ?

 

Merci mon homme-aimé.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :